Rappels de la DGS sur les recommandations concernant l’épidémie de rougeole

Au 12 mars 2018, 913 cas ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017, confirmant le début d’une épidémie en France. L’augmentation rapide du nombre de cas observée depuis les trois dernières semaines (environ 300 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante.

La proportion de cas de rougeole chez les personnes non ou insuffisamment vaccinées nées après 1980 reste très importante (87%) et reflète l’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole en France. Dans ce contexte, nous vous rappelons l’importance de la vérification systématique du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne née après 1980 et particulièrement les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer.

Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement sans attendre les résultats biologiques par tout moyen approprié (téléphone, télécopie…) à votre ARS. Les contacts non ou insuffisamment vaccinés de ces cas doivent pouvoir bénéficier très rapidement des mesures de prévention.

Devant tout patient suspecté de rougeole (présentant une éruption cutanée fébrile caractéristique) la mise en œuvre des mesures barrières suivantes est nécessaire :

– assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;

– privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;

– isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;

– assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de protection de type « air » ;

– rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;

– recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;

– aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ.

Consulter l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/aide-memoire_vaccination_rougeole_2018.pdf

Plus d’informations sur : http://www.solidarites-sante.gouv.fr/rougeole-professionnels-de-sante

Bulletin de rétro-information de veille et sécurité sanitaire 2017

Nous vous prions de trouver en cliquant sur le lien ci-dessous les bulletins de rétro-information de Veille et Sécurité Sanitaire pour l’année 2017.

Il est élaboré par les équipes Veille et Sécurité Sanitaire du siège et des délégations départementales, et par le Centre d’Analyse des Risques.

Il comporte chaque trimestre (pour le 4ème trimestre) :
– une page d’actualité  (chiffres clés, et Une -Extension vaccinale et épidémie de grippe)
– un focus théorique (Les infections à MERS-Coronavirus)
– un zoom sur une investigation autour d’un signal (Tuberculose)
– les données de déclaration par département (Mon département)
– une page relative aux EIGS (évènement indésirable grave associés aux soins) ;
– les adresses utiles.

Bien cordialement,

Les équipes CVAGS-CDVAGS-CAR

 

1er trimestre 2017 >>

2ème trimestre 2017 >>

3ème trimestre 2017 >>

4ème trimestre 2017 >>

L’outil CartoSagesFemmes

En 2014, l’URPS Sages-Femmes Ile de France (URPS SF IDF) publiait avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France (ARS IDF), une étude axée sur la démographie et l’activité des sages-femmes libérales franciliennes, afin de disposer d’une meilleure connaissance de la réalité du recours et des besoins en offre de soins libérale.

Soucieuses de donner une suite concrète et pratique à ces travaux, l’URPS SF IDF et l’ARS IDF ont poursuivi leur réflexion autour d’un outil, appelé « CartoSagesFemmes », permettant d’orienter les sages-femmes dans leur projet d’installation, de leur proposer une analyse objective du territoire par la visualisation interactive de cartes superposant plusieurs indicateurs.
CartoSagesFemmes est un véritable outil stratégique d’aide à la réflexion.

En consultant « CartoSagesFemmes», vous pouvez ainsi bénéficier d’un éclairage multicritère via les indicateurs suivants :
-Indicateur de « besoin », pour identifier les territoires dynamiques où la population aura potentiellement recours aux soins périnataux ou de gynécologie
-Indicateur de « demande », afin de connaître les territoires où sont consommés les soins périnataux ou de gynécologie
-Indicateur d’ « offre libérale » pour localiser les professionnels libéraux
-Indicateur d’ « offre hospitalière » pour préciser l’activité des maternités
-la localisation géographique des maternités, des professionnels de ville, des centres de santé, des centres de Protection Maternelle Infantile…

A noter : la localisation géographique des professionnels de ville sur les cartes sera disponible ultérieurement dès la version V2
Bonne navigation !

Lire la suite

L’exercice libéral en maison de santé pluriprofessionnelle

L’accessibilité aux personnes à mobilité réduite et, surtout, la Nouvelle Loi de Santé portée par Marisol Touraine modifient profondément l’exercice libéral des professions de santé et de soins.
Ainsi l’obligation d’accessibilité des cabinets pour 2015 et les économies drastiques espérées en matière de santé favorisent le regroupement des professionnels en Maison de Santé Pluri-professionnelle (MSP).
Plus qu’un cabinet de groupe, la MSP recentre la prise en charge sur le patient et son parcours de soin en stimulant la pluri-professionnalité. Les professionnels y exerçant travaillent donc en équipe, sur la prise en charge globale et coordonnée des patients, dans le respect du projet de santé de la MSP dont ils sont tous signataires.

IMG_1717.JPG

Lire la suite

LA STARAQS (Structure d’Appui Régionale A la Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France)

LA STARAQS  est la  Structure d’Appui Régionale A la  Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France.

Bien que créée et financée par l’ARS pour répondre au décret du 25 novembre 2016 relatif à la déclaration des EIG associés aux soins et aux SRA, elle est indépendante et sans but lucratif.

Ses missions principales sont :
-Aider et accompagner tous les professionnels de santé à  la déclaration, la gestion et l’analyse des événements indésirables graves associés à des soins ainsi qu’à la mise en place d’actions correctives et préventives.
-Apporter une expertise en vue d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients tout au long du parcours de leur prise en charge.

logo_staraqs

Leurs coordonnées :
Téléphone : 01.40.07 12 40 / 06 81 51 50 53

Email :  contact@staraqs.com
Site internet : www.staraqs.com

Voir aussi notre article sur le portail signalement-sante.gouv.fr

Aussi, la newsletter de mai 2018 de la Staraqs >>

Ouverture du portail signalement-sante.gouv.fr

Conçu en étroite collaboration avec les usagers du système de soin, des professionnels de santé et les autorités sanitaires, le site signalement-sante.gouv.fr facilite l’accès aux différents dispositifs de signalement existants. Selon l’événement indésirable ou la situation identifiée, le professionnel de santé ou l’usager :

- déclare directement en ligne ;
- est guidé vers des systèmes de télé-déclaration existants, comme par exemple le portail vigie-radiothérapie de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ;
- ou est informé sur la démarche à suivre pour certains signalements spécifiques qui nécessitent d’être effectués soit par un professionnel de santé (côté usager) ou par un professionnel spécialisé (côté professionnel).

Tensions d’approvisionnement en vaccins contre l’hépatite B : adaptation des recommandations de vaccination

Depuis le mois de janvier 2017, la France, comme de nombreux pays au niveau international, est confrontée à des tensions d’approvisionnement de vaccins contre l’hépatite B destinés aux adultes. 

La Direction générale de la Santé, et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont pu obtenir la mise en place de solutions alternatives permettant de garantir l’approvisionnement pour les mois à venir et permettre aux personnes qui le nécessitent de se faire vacciner.

Lire la suite