Etude « HandiGynéco en pratique »

Suite à l’étude Handigynéco, une nouvelle phase démarre, avec une expérimentation qui repose sur les sages-femmes.

En voici la présentation :

Madame, Monsieur,

L’ARS Ile-de-France, en lien avec l’USSIF (Union Soins et Services Ile de France), met en place prochainement une expérimentation afin d’améliorer l’accès aux soins gynécologiques des femmes en situation de handicap accueillies en établissements médico-sociaux (ESMS) en Ile-de-France. Cette expérimentation débutera en mai 2018 et s’achèvera en juin 2020.
L’étude « Handigyneco en pratique » a pour objectif de tester une nouvelle modalité d’accès aux soins gynécologiques pour ces femmes grâce à l’intervention de sages-femmes :
– d’une part pour des missions de prévention, de dépistage et de soins ;
– et d’autre part pour une mission d’accompagnement et d’information des femmes mais également des professionnels de ces établissements notamment sur la vie affective et sexuelle, ainsi que sur la violence faites aux femmes.

Votre mission consistera à réaliser au sein de deux établissements médico-sociaux en Ile-de-France des consultations gynécologiques individuelles pour des femmes en situation de handicap volontaires et à animer des ateliers d’information et de formation sur la prise en charge gynécologique pour l’ensemble des usagers (femmes et hommes) et des professionnels de ces établissements.
Cette expérimentation est financée par l’ARS. Votre intervention dans le cadre de cette expérimentation sera donc intégralement dédommagée. En fonction de votre statut, il sera possible de vous renseigner auprès de la personne en charge du projet sur un cumul possible avec votre activité actuelle.
Vous trouverez ci-joint une fiche projet contenant des informations plus précises sur vos missions.
Si vous êtes intéressé-e pour participer à cette expérimentation, nous vous remercions dans un premier temps de répondre au questionnaire via le lien suivant (Google Forms), ce qui ne vous prendra que 5 minutes. Par contre, si vous n’êtes pas intéressé-e, merci de nous en préciser les raisons en quelques mots.

https://goo.gl/forms/Hnwo399hse1NWA2n2

Si vous avez répondu favorablement pour participer à ce projet, vous serez ensuite contacté-e dans un second temps pour de plus amples informations.

En espérant vous compter parmi nous pour cette expérimentation, nous vous remercions pour votre participation à cette enquête.

Equipe projet « Handigyneco en pratique »- USSIF et ARS île de France

Staraqs, newsletter de Juin 2018

Qualité et sécurité I Hôpitaux / Cliniques I Médico – Social I Soins en ville

Edito

Bonjour à toutes et à tous,
La STARAQS est heureuse de vous adresser sa dernière newsletter mensuelle à destination des établissements de santé, des structures médicosociales et des professionnel(le)s de ville.
Revue de presse et veille juridique nationales, évènements en Ile-de-France, informations et projets régionaux : vous y trouverez ce qui fait l’actualité de la qualité, de la sécurité et de la gestion de risques en santé.
Nous vous rappelons que vous pouvez également nous suivre tous les jours sur les réseaux sociaux via Twitter, LinkedIn et Facebook.

Bonne lecture à toutes et tous et à bientôt.
L’équipe de la STARAQS 

Focus et actualités

Quoi de neuf ce mois-ci ?

La STARAQS vous propose une sélection d’articles en lien avec l’actualité dans le domaine de la santé.

A noter dans vos agendas

La STARAQS a sélectionné pour vous huit événements qui pourront vous intéresser prochainement.

Focus : RGPD, le prochain défi à relever pour le secteur de la santé

Dans un secteur comme la santé où le droit à la protection des données personnelles du patient est essentiel, l’entrée en vigueur, le 25 mai 2018, du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) constitue un véritable challenge opérationnel.

Focus : Déclarer et analyser un EIGS, les possibilités d’accompagnement par la STARAQS

Le bilan effectué un an après l’ouverture du portail national de signalement des évènements sanitaires indésirables fait apparaitre les déclarations et la qualité de l’analyse des EIGS comme des enjeux majeurs pour améliorer la sécurité des prises en charge au sein des établissements.

Focus : CARTOCLIN, un outil de cartographie des risques infectieux

Un nouvel outil de cartographie dédiée aux risques infectieux « clé en main » est mis à la disposition des établissements de santé et en particulier des équipes opérationnelles d’hygiène.

Zoom sur la veille réglementaire

1/ Dispositif des expérimentations pour l’innovation en santé – 2/ Orientations 2018 pour la campagne budgétaire ESMS accueillant des personnes handicapées et des personnes âgées.

Retrouver la newsletter de mai ici >>

LA STARAQS (Structure d’Appui Régionale A la Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France)

LA STARAQS  est la  Structure d’Appui Régionale A la  Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France.

Bien que créée et financée par l’ARS pour répondre au décret du 25 novembre 2016 relatif à la déclaration des EIG associés aux soins et aux SRA, elle est indépendante et sans but lucratif.

Ses missions principales sont :
-Aider et accompagner tous les professionnels de santé à  la déclaration, la gestion et l’analyse des événements indésirables graves associés à des soins ainsi qu’à la mise en place d’actions correctives et préventives.
-Apporter une expertise en vue d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients tout au long du parcours de leur prise en charge.

logo_staraqs

Leurs coordonnées :
Téléphone : 01.40.07 12 40 / 06 81 51 50 53

Email :  contact@staraqs.com
Site internet : www.staraqs.com

Voir aussi notre article sur le portail signalement-sante.gouv.fr

Aussi, la newsletter de mai 2018 de la Staraqs >>

Ouverture du portail signalement-sante.gouv.fr

Conçu en étroite collaboration avec les usagers du système de soin, des professionnels de santé et les autorités sanitaires, le site signalement-sante.gouv.fr facilite l’accès aux différents dispositifs de signalement existants. Selon l’événement indésirable ou la situation identifiée, le professionnel de santé ou l’usager :

- déclare directement en ligne ;
- est guidé vers des systèmes de télé-déclaration existants, comme par exemple le portail vigie-radiothérapie de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ;
- ou est informé sur la démarche à suivre pour certains signalements spécifiques qui nécessitent d’être effectués soit par un professionnel de santé (côté usager) ou par un professionnel spécialisé (côté professionnel).

Déclarer et analyser les événements indésirables graves

Déclarer et analyser les événements indésirables graves : comprendre pour agir

 

Le bilan des événements graves associés à des soins (EIGS) reste lourd en France malgré le déploiement de moyens de gestion des risques depuis 20 ans. Certainement parce que l’organisation et la dispensation des soins sont des activités complexes où le facteur humain prédomine. Car il faut bien reconnaître que personne n’est infaillible.

Lire la suite

Le décret relatif à la déclaration des évènements indésirables graves (EIG) est paru 

En pratique :

  • Quoi : obligation de déclarer tout évènement indésirable grave sans délai

    • « =évènement associé à des soins réalisés lors d’investigations, de traitements, d’actes médicaux à visée esthétique ou d’actions de prévention »

    • « évènement inattendu au regard de l’état de santé et de la pathologie de la personne »

    • « = évènement dont les conséquences sont le décès, la mise en jeu du pronostic vital, la survenue probable d’un déficit fonctionnel permanent y compris une anomalie ou une malformation congénitale »

Attention : ne sont plus concernés dans cette nouvelle définition les EIG ayant provoqué ou prolongé une hospitalisation

Lire la suite

Recommandations relative à la procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D®

Le 21 décembre dernier, un nouveau-né de 10 jours est décédé par arrêt cardio-respiratoire, à son domicile après avoir reçu une dose d’Uvestérol D. Les conclusions des investigations disponibles à ce jour mettent en évidence un lien probable entre le décès et l’administration de l’Uvestérol D. 

Aussi, en dépit des mesures de réduction des risques mises en place depuis 2006 pour sécuriser l’administration et le renforcement des recommandations, l’ANSM lance, par mesure de précaution, une procédure contradictoire auprès du laboratoire en vue de la suspension de la commercialisation de sa spécialité Uvestérol D dans les prochains jours.

L’intérêt de la supplémentation en vitamine D n’est pas remis en cause. Seule la spécialité Uvestérol D administrée avec une pipette est concernée. D’autres spécialités contenant de la vitamine D sont disponibles pour les nourrissons :

ADRIGYL 333 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

ZYMAD 300 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

STEROGYL 400 UI de Vit D2 par goutte (ergocalciférol), dont la RCP impose toutefois une dilution (lait, eau ou jus de fruit), et qui est donc plus adapté aux nourrissons les plus âgés.

– Les formes séquentielles ne sont pas – sauf exception – à recommander avant 18 mois.

Concernant l’Uvesterol ADEC, ce produit est utile dans différentes situations cliniques précises : prématuré, cholestase ou insuffisance pancréatique (au premier rang desquelles la mucoviscidose. Ce produit restera donc sous forme de réserve hospitalière. 

Source : DGS / Mission de l’information et de la communication / Département des urgences sanitaires