LES INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE EN ÎLE-DE-FRANCE

Sur la période 2014-2017, l’Agence régionale de santé d’Île-de-France a placé l’interruption volontaire de grossesse (IVG) comme un enjeu majeur de santé publique. Elle a mis en oeuvre un projet visant à favoriser la réduction des inégalités d’accès à l’avortement (projet FRIDA).
En savoir plus >>>>

L’essentiel de l’étude

L’Île-de-France se situe au 3e rang des régions de métropole pour le recours à l’IVG.À travers ces quatre ans de suivi régional, l’Observatoire régional de santé (ORS) propose un suivi d’indicateurs à l’échelle infra-régionale.

Parmi les résultats marquants :
En 2015, un peu plus de 50 000 recours à l’IVG pour des Franciliennes soit un taux de 17,1‰ femmes en âge de procréer. Ces taux varient selon les départements de 13,5 ‰ dans les Yvelines à 22,4 ‰ en Seine-Saint-Denis,
Près de trois quarts des IVG réalisées dans le département de domicile avec des écarts importants selon les départements, de 86,5 % à Paris à 58,9% pour le Val-de-Marne,
Une offre hospitalière en diminution et une augmentation de l’offre « en ville ».