Installation de l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France

Le Directeur Général de l’ARS Île-de-France, Claude Évin, a présidé mercredi 11 mars, l’assemblée générale constitutive de l’Espace de réflexion éthique de la région Île-de-France (ERERIF). L’Agence souhaite en faire un espace de référence pour tous les acteurs concernés par les problématiques d’éthique hospitalière, de soin et d’accompagnement ainsi qu’un lieu de vie de la démocratie en santé au sein de la région.

Les membres de l’assemblée générale ont désigné hier, pour une durée de trois ans, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à la Faculté de médecine Paris-Sud,directeur de l’ERERIF. Ils ont également nommé les autres membres du comité permanent chargé de sa gestion :

–       Christian Hervé, directeur du laboratoire de médecine légale et d’éthique à  l’université Paris Descartes, représentant des universités ;

–       Hervé Chneiweiss, président du comité d’éthique de l’Inserm, représentant des organismes de recherche ;

–       Virginie Ponelle, directrice adjointe de l’ERERIF.

Au cours de cette assemblée, un programme de travail triennal (2015-2018) a été par ailleurs présenté. Jusque janvier 2016, une phase de consultation, de concertation et de rencontre permettra de préciser le cadre et les objectifs du plan de développement de l’ERERIF.

« Aujourd’hui, et grâce à vous, présidents d’université, directeurs d’établissements, représentants de fédérations, unions régionales, instituts, centres nationaux, collectifs, cette instance au service de notre région va conduire une réflexion éthique solide, rigoureuse et pragmatique, au cœur des évolutions de notre système de santé, et clef de la qualité du soin que nous devons offrir à nos concitoyens franciliens » a souligné Claude Évin dans son allocution introductive.

Issu de la loi de bioéthique de 2004, l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France est né ce 11 mars 2015 d’une extension de l’Espace éthique de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). 22 représentants d’acteurs de la santé, de la recherche et du milieu universitaire ont signé sa convention constitutive[1].

L’ERERIF a vocation à susciter et à coordonner les initiatives en matière d’éthique dans le domaine des sciences de la vie et de la santé. Il assure des missions d’enseignement universitaire et de formation, ainsi que de recherche, de ressource documentaire et d’information sur la thématique de l’éthique hospitalière, du soin et de l’accompagnement. C’est un observatoire et un lieu d’échanges interdisciplinaires sur les pratiques inhérentes aux domaines des sciences de la vie et de la santé (génétique, fin de vie, handicap, relations de soins, innovation thérapeutique,…). Dans le cadre du Plan maladies neurodégénératives 2014-2018, l’ERERIF est également l’Espace national de réflexion éthique sur les maladies neurodégénératives (EREMAND).

L’ARS Ile-de-France contribue notamment au rayonnement de l’ERERIF en assurant une forte synergie avec ses propres thématiques prioritaires comme la dépendance, la précarité et le vieillissement.

[1] Les 22 membres représentaient respectivement l’AP-HP, les fédérations hospitalières et médico-sociales (FHF, FHP, FEHAP, URIOPSS), la fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC)  le service de santé des armées, les sept universités franciliennes, les instituts de recherche (CNRS et INSERM), le Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss) et les unions régionales des professionnels de santé (URPS médecins, sages-femmes, chirurgiens-dentistes, infirmiers et masseurs-kinésithérapeutes).