virus Zika : Prise en charge des cas importés d’infection

La Direction générale de la santé a confirmé la semaine dernière la circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique (Martinique, Guyane, Guadeloupe) et à Saint Martin. La Martinique est passée, le 21 janvier, en niveau 3 du programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies, correspondant au stade épidémique. Le passage en situation épidémique va être examiné ce vendredi après-midi pour la Guyane.

> Document de l’INVS >W-0136-001-0116 RPVP Zika femme enceinte_Def

L’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable.

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les DFA, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.

Ces femmes doivent bénéficier d’un suivi médical et d’une prise en charge renforcée. En cas de découverte d’anomalies à l’échographie (microcéphalie, anomalies cérébrales, signes de dysfonctionnement du tronc cérébral, retard de croissance intra-utérin), il est recommandé d’adresser rapidement votre patiente à un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) pour une évaluation étiologique et pronostique de l’affection fœtale dont les conséquences possibles seront expliquées à la mère. Lire la suite

Virus Zika

Le Zika est une maladie due à un virus (arbovirus) transmis par les moustiques. Le virus Zika appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune. La transmission du virus est réalisée par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus.

I – Situation épidémiologique:
Sur le continent américain 20 pays et territoires sont actuellement touchés par une épidémie d’infections à virus Zika: Barbados, Bolivia, Brésil, Colombie, Equateur, Haïti, Salvador, Guyane, Guadeloupe, Guatemala, Guyana, Honduras, Saint Martin Martinique, Mexique, Panama, Paraguay, Puerto Rico, Suriname, Venezuela.
L’épidémie dans les Amériques a débuté au Brésil, avec la confirmation des premiers cas en mai 2015. Le Brésil est le pays qui rapporte le plus grand nombre de cas de Zika.

Lire la suite

Circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique

La Direction générale de la santé a confirmé la semaine dernière la circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique (Martinique, Guyane, Guadeloupe) et à Saint Martin. La Martinique est passée, le 21 janvier, en niveau 3 du programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies, correspondant au stade épidémique. Le passage en situation épidémique va être examiné ce vendredi après-midi pour la Guyane.

L’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable.

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les DFA, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.
Lire la suite

Virus EBOLA : Fin du dispositif de surveillance renforcée pour la maladie à virus Ebola sur le territoire national

L’OMS a déclaré terminée l’épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest le 14 janvier 2016. Les pays concernés sont désormais entrés dans une période de 90 jours de surveillance renforcée. Avec la fin de l’épidémie dans ces pays, le risque de cas importés d’infection à virus Ebola est donc proche du niveau de risque antérieur à l’épidémie. La confirmation de nouveaux cas de maladie à virus Ebola en Sierra Léone n’est pas un évènement inattendu et ne change pas cette analyse de risque.
Cette situation nous conduit à mettre fin au dispositif de surveillance renforcée mis en place sur le territoire national.
La surveillance de la maladie à virus Ebola s’inscrit donc de nouveau dans le cadre du dispositif de déclaration obligatoire des suspicions de « fièvres hémorragiques Africaines ».

Lire la suite

Virus EBOLA : documents d’information ARS

L’ARS mets à disposition trois documents  d’information concernant le virus EBOLA à destination des professionnels de santé dont :

– Une fiche de recommandations à l’attention des professionnels de santé exerçant en ambulatoire (Q__ambulatoire_version_longue)
– Une fiche explicative sur le virus EBOLA (Fiche le point sur Ebola)
– Une affiche à destination du grand public (Affiche EBOLA ERP)