Bulletin de rétro-information de veille et sécurité sanitaire 2017

Nous vous prions de trouver en cliquant sur le lien ci-dessous le bulletin de rétro-information de Veille et Sécurité Sanitaire pour les 3 premiers trimestres 2017.

Il est élaboré par les équipes Veille et Sécurité Sanitaire du siège et des délégations départementales, et par le Centre d’Analyse des Risques.

Il comporte chaque trimestre (pour le 3ème trimestre) :
– une page d’actualité  (chiffres clés, et une sur l’épidémie de peste à Madagascar)
– un focus théorique (la rage)
– un zoom sur une investigation autour d’un signal (cas groupé de méningite à pneumocoque dans une crèche des yvelines)
– les données de déclaration par département (Mon département)
– une page relative aux EIGS (évènement indésirable grave associés aux soins) ;
– les adresses utiles.

Bien cordialement,

Les équipes CVAGS-CDVAGS-CAR

 

1er trimestre 2017 >>

2ème trimestre 2017 >>

3ème trimestre 2017 >>

 

LA STARAQS (Structure d’Appui Régionale A la Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France)

LA STARAQS  est la  Structure d’Appui Régionale A la  Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France.

Bien que créée et financée par l’ARS pour répondre au décret du 25 novembre 2016 relatif à la déclaration des EIG associés aux soins et aux SRA, elle est indépendante et sans but lucratif.

Ses missions principales sont :
-Aider et accompagner tous les professionnels de santé à  la déclaration, la gestion et l’analyse des événements indésirables graves associés à des soins ainsi qu’à la mise en place d’actions correctives et préventives.
-Apporter une expertise en vue d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients tout au long du parcours de leur prise en charge.

logo_staraqs

Leurs coordonnées :
Téléphone : 01.40.07 12 40 / 06 81 51 50 53

Email :  contact@staraqs.com
Site internet : www.staraqs.com

Voir aussi notre article sur le portail signalement-sante.gouv.fr

Tensions d’approvisionnement en vaccins contre l’hépatite B : adaptation des recommandations de vaccination

Depuis le mois de janvier 2017, la France, comme de nombreux pays au niveau international, est confrontée à des tensions d’approvisionnement de vaccins contre l’hépatite B destinés aux adultes. 

La Direction générale de la Santé, et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont pu obtenir la mise en place de solutions alternatives permettant de garantir l’approvisionnement pour les mois à venir et permettre aux personnes qui le nécessitent de se faire vacciner.

Lire la suite

Nouveaux buvards pour test de Guthrie

image003

 

Sur les nouveaux buvards :

  • Il n’y a plus de cercle dédié au dépistage de la Drépanocytose. Il est donc obligatoire de remplir les six ronds systématiquement pour tous les enfants.
  • Il est également impératif de cocher « oui » ou « non » pour le risque de Drépanocytose. Dans le cas où aucune case ne serait pas cochée, nous avons interdiction de réaliser le dépistage de ce paramètre.

AFFICHE >affiche nouveaux guthries A4

POSTER >POSTER guide pro 2017

 

 

Le décret relatif à la déclaration des évènements indésirables graves (EIG) est paru 

En pratique :

  • Quoi : obligation de déclarer tout évènement indésirable grave sans délai

    • « =évènement associé à des soins réalisés lors d’investigations, de traitements, d’actes médicaux à visée esthétique ou d’actions de prévention »

    • « évènement inattendu au regard de l’état de santé et de la pathologie de la personne »

    • « = évènement dont les conséquences sont le décès, la mise en jeu du pronostic vital, la survenue probable d’un déficit fonctionnel permanent y compris une anomalie ou une malformation congénitale »

Attention : ne sont plus concernés dans cette nouvelle définition les EIG ayant provoqué ou prolongé une hospitalisation

Lire la suite

Recommandations relative à la procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D®

Le 21 décembre dernier, un nouveau-né de 10 jours est décédé par arrêt cardio-respiratoire, à son domicile après avoir reçu une dose d’Uvestérol D. Les conclusions des investigations disponibles à ce jour mettent en évidence un lien probable entre le décès et l’administration de l’Uvestérol D. 

Aussi, en dépit des mesures de réduction des risques mises en place depuis 2006 pour sécuriser l’administration et le renforcement des recommandations, l’ANSM lance, par mesure de précaution, une procédure contradictoire auprès du laboratoire en vue de la suspension de la commercialisation de sa spécialité Uvestérol D dans les prochains jours.

L’intérêt de la supplémentation en vitamine D n’est pas remis en cause. Seule la spécialité Uvestérol D administrée avec une pipette est concernée. D’autres spécialités contenant de la vitamine D sont disponibles pour les nourrissons :

ADRIGYL 333 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

ZYMAD 300 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

STEROGYL 400 UI de Vit D2 par goutte (ergocalciférol), dont la RCP impose toutefois une dilution (lait, eau ou jus de fruit), et qui est donc plus adapté aux nourrissons les plus âgés.

– Les formes séquentielles ne sont pas – sauf exception – à recommander avant 18 mois.

Concernant l’Uvesterol ADEC, ce produit est utile dans différentes situations cliniques précises : prématuré, cholestase ou insuffisance pancréatique (au premier rang desquelles la mucoviscidose. Ce produit restera donc sous forme de réserve hospitalière. 

Source : DGS / Mission de l’information et de la communication / Département des urgences sanitaires

Surveillance des femmes enceintes dans le cadre de l’épidémie de Zika dans les DFA

Dans le cadre de l’épidémie liée au virus Zika dans les départements français d’Amérique, le suivi et la prise en charge des femmes enceintes nécessitent une attention particulière dans la continuité des avis du Haut conseil de santé publique et des recommandations du CNPGO du 3 février 2016.

Repères pour la pratique >Repère pour votre pratique Femmes enceintes

Transmission sexuelle >1710

Avis du  Haut Comité de Santé Publique relatif à la prise en charge médicale et au suivi des nouveau-nés et nourrissons >2016 03 21 -zika – pec nouveau nes nourrissons

Afin de faciliter le travail des professionnels de santé pour la prise en charge des femmes enceintes, la conduite à tenir a été précisée à partir de 6 situations types :

Lire la suite

virus Zika : Prise en charge des cas importés d’infection

La Direction générale de la santé a confirmé la semaine dernière la circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique (Martinique, Guyane, Guadeloupe) et à Saint Martin. La Martinique est passée, le 21 janvier, en niveau 3 du programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies, correspondant au stade épidémique. Le passage en situation épidémique va être examiné ce vendredi après-midi pour la Guyane.

> Document de l’INVS >W-0136-001-0116 RPVP Zika femme enceinte_Def

L’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable.

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les DFA, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.

Ces femmes doivent bénéficier d’un suivi médical et d’une prise en charge renforcée. En cas de découverte d’anomalies à l’échographie (microcéphalie, anomalies cérébrales, signes de dysfonctionnement du tronc cérébral, retard de croissance intra-utérin), il est recommandé d’adresser rapidement votre patiente à un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) pour une évaluation étiologique et pronostique de l’affection fœtale dont les conséquences possibles seront expliquées à la mère. Lire la suite

Virus Zika

Le Zika est une maladie due à un virus (arbovirus) transmis par les moustiques. Le virus Zika appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune. La transmission du virus est réalisée par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus.

I – Situation épidémiologique:
Sur le continent américain 20 pays et territoires sont actuellement touchés par une épidémie d’infections à virus Zika: Barbados, Bolivia, Brésil, Colombie, Equateur, Haïti, Salvador, Guyane, Guadeloupe, Guatemala, Guyana, Honduras, Saint Martin Martinique, Mexique, Panama, Paraguay, Puerto Rico, Suriname, Venezuela.
L’épidémie dans les Amériques a débuté au Brésil, avec la confirmation des premiers cas en mai 2015. Le Brésil est le pays qui rapporte le plus grand nombre de cas de Zika.

Lire la suite

Circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique

La Direction générale de la santé a confirmé la semaine dernière la circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique (Martinique, Guyane, Guadeloupe) et à Saint Martin. La Martinique est passée, le 21 janvier, en niveau 3 du programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies, correspondant au stade épidémique. Le passage en situation épidémique va être examiné ce vendredi après-midi pour la Guyane.

L’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable.

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les DFA, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.
Lire la suite