Alerte ARS IDF rougeole

Chèr.e.s collègues, 

Veuillez trouver ci-dessous un message du Ministère de la santé et de l’ARS IDF concernant la prise en charge de la rougeole sur le territoire national.

En Ile-de-France, merci de signaler tout cas de rougeole sans délai par téléphone au 0825 811 411 ou par mail ars75-alerte@ars.sante.fr

Bien cordialement
Laurence Vayer
Présidente de l’URPS SF IDF

Message du Ministère de la santé:

Mesdames, Messieurs,

Vous trouverez ci-joint le Message d’Alerte Rapide Sanitaire qui a été envoyé hier par le Ministère à tous les établissements de santé sur l’épidémie actuelle de rougeole et un DGS urgent qui a également été envoyé aux professionnels de santé inscrits sur cette liste de diffusion.

Depuis le 1er janvier 2019, 288 cas de rougeole ont été déclarés sur le territoire national, dont 81 (28%) hospitalisés (4 en réanimation) et 23 (8%) formes compliquées (pneumopathies). 90% des cas sont survenus chez des sujets non ou insuffisamment vaccinés. Cette situation est caractérisée notamment par la survenue de foyers épidémiques actifs comportant un risque important de propagation sur le territoire national et à l’étranger.

Les points de situations épidémiologiques concernant la rougeole sont disponibles sur le site de Santé publique France :
http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites.
La stratégie de réponse en situation de survenue d’un cas ou de cas groupés de rougeole est précisée dans l’instruction N°DGS/SP/SP1/2018/205 du 28 septembre 2018 relative à la conduite à tenir autour d’un ou plusieurs cas de rougeole.

Par ailleurs, nous vous remercions de sensibiliser à nouveau les professionnels de santé sur la situation nationale de la rougeole, et notamment sur les trois éléments clés de la lutte contre la rougeole:

1 – Le signalement obligatoire (Art. L3113-1 du CSP) de tout cas de rougeole, dès la suspicion du diagnostic, est indispensable au déclenchement des investigations, et à la mise en œuvre de mesures prophylactiques urgentes pour les personnes contacts. Le signalement peut s’effectuer par tous les moyens appropriés, notamment par appel au numéro de téléphone unique de la plateforme régionale de veille et d’urgence sanitaire de votre ARS ou par e-mail ou par fax.

2 – La mise en place de mesures barrières adaptées face à tout cas de rougeole :
·                    Pour le patient : isoler le patient dès la suspicion du diagnostic de rougeole, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical, rappeler à l’entourage les règles d’hygiène (solution hydro-alcoolique) et recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;
·                    Pour les soignants : limiter les intervenants auprès du patient suspect au strict minimum nécessaire (dans la mesure du possible, ces intervenants seront à jour de leur vaccination rougeole), assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de précautions complémentaires de type « air » et bien aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures après son départ dans un espace clos.
3 – L’importance de la vaccination pour les professionnels de santé. La vérification du statut vaccinal et, au besoin, sa mise à jour est indispensable pour tous les professionnels, notamment ceux en contact avec des populations à risque. Les professionnels de santé, qu’ils soient en formation, à l’embauche ou en poste, sont un groupe à risque d’exposition à la maladie et peuvent la transmettre à des personnes à risque de développer des formes graves.

Pour les professionnels nés en 1980 ou après, il est recommandé une mise à jour du statut vaccinal selon les recommandations générales du calendrier vaccinal. Pour ceux nés avant 1980, non vaccinés et sans antécédent connu de rougeole, il est recommandé d’effectuer une dose de vaccin trivalent ROR. Les personnes travaillant dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave, comme les structures et services de pédiatrie, de néonatologie, ou les structure et services accueillant des patients immunodéprimés ou des femmes enceintes, devraient être vaccinées en priorité.

Nous vous remercions de votre engagement et de la vigilance particulière que vous apporterez à la mise en place de ces mesures indispensables à la prévention de la transmission de la rougeole.

Bien cordialement,

POINT FOCAL REGIONAL – ARS
Cellule Régionale de Veille, d’Alerte et de Gestion Sanitaire
35 RUE DE LA GARE, 75935 PARIS CEDEX 19
Tél 01.44.02.06.79 Fax 01.44.02.06.76
ars75-alerte@ars.sante.fr

Bulletin de rétro-information de veille et sécurité sanitaire 2018

Nous vous prions de trouver en cliquant sur les liens ci-dessous les bulletins de rétro-information de Veille et Sécurité Sanitaire pour l’année 2018.

Il sont élaborés par les équipes Veille et Sécurité Sanitaire du siège et des délégations départementales, et par le Centre d’Analyse des Risques.

Il comporte chaque trimestre (pour le 1er trimestre) :
– une page d’actualité  (chiffres clés, et Une -épidémie de rougeole et Antibioclic+)
– un focus théorique (La fièvre jaune)
– un zoom sur une investigation autour d’un signal (Cas de rougeole en crèche)
– les données de déclaration par département (Mon département)
– une page relative aux EIGS (évènement indésirable grave associés aux soins) ;
– les adresses utiles.

Bien cordialement,

Les équipes CVAGS-CDVAGS-CAR

1er trimestre 2018 >>

2ème trimestre 2018 >>

3ème trimestre 2018 >>

4ème trimestre 2018 >>

Année 2017 >>

Rappels de la DGS sur les recommandations concernant l’épidémie de rougeole

Au 12 mars 2018, 913 cas ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017, confirmant le début d’une épidémie en France. L’augmentation rapide du nombre de cas observée depuis les trois dernières semaines (environ 300 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante.

La proportion de cas de rougeole chez les personnes non ou insuffisamment vaccinées nées après 1980 reste très importante (87%) et reflète l’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole en France. Dans ce contexte, nous vous rappelons l’importance de la vérification systématique du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne née après 1980 et particulièrement les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer.

Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement sans attendre les résultats biologiques par tout moyen approprié (téléphone, télécopie…) à votre ARS. Les contacts non ou insuffisamment vaccinés de ces cas doivent pouvoir bénéficier très rapidement des mesures de prévention.

Devant tout patient suspecté de rougeole (présentant une éruption cutanée fébrile caractéristique) la mise en œuvre des mesures barrières suivantes est nécessaire :

– assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;

– privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;

– isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;

– assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de protection de type « air » ;

– rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;

– recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;

– aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ.

Consulter l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/aide-memoire_vaccination_rougeole_2018.pdf

Plus d’informations sur : http://www.solidarites-sante.gouv.fr/rougeole-professionnels-de-sante

Bulletin de rétro-information de veille et sécurité sanitaire 2017

Nous vous prions de trouver en cliquant sur le lien ci-dessous les bulletins de rétro-information de Veille et Sécurité Sanitaire pour l’année 2017.

Il est élaboré par les équipes Veille et Sécurité Sanitaire du siège et des délégations départementales, et par le Centre d’Analyse des Risques.

Il comporte chaque trimestre (pour le 4ème trimestre) :
– une page d’actualité  (chiffres clés, et Une -Extension vaccinale et épidémie de grippe)
– un focus théorique (Les infections à MERS-Coronavirus)
– un zoom sur une investigation autour d’un signal (Tuberculose)
– les données de déclaration par département (Mon département)
– une page relative aux EIGS (évènement indésirable grave associés aux soins) ;
– les adresses utiles.

Bien cordialement,

Les équipes CVAGS-CDVAGS-CAR

 

1er trimestre 2017 >>

2ème trimestre 2017 >>

3ème trimestre 2017 >>

4ème trimestre 2017 >>

LA STARAQS (Structure d’Appui Régionale A la Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France)

LA STARAQS  est la  Structure d’Appui Régionale A la  Qualité des soins et la Sécurité des patients de l’Ile de France.

Bien que créée et financée par l’ARS pour répondre au décret du 25 novembre 2016 relatif à la déclaration des EIG associés aux soins et aux SRA, elle est indépendante et sans but lucratif.

Ses missions principales sont :
-Aider et accompagner tous les professionnels de santé à  la déclaration, la gestion et l’analyse des événements indésirables graves associés à des soins ainsi qu’à la mise en place d’actions correctives et préventives.
-Apporter une expertise en vue d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients tout au long du parcours de leur prise en charge.

logo_staraqs

Leurs coordonnées :
Téléphone : 01.40.07 12 40 / 06 81 51 50 53

Email :  contact@staraqs.com
Site internet : www.staraqs.com

Voir aussi notre article sur le portail signalement-sante.gouv.fr

Aussi, la newsletter de mai 2018 de la Staraqs >>

Tensions d’approvisionnement en vaccins contre l’hépatite B : adaptation des recommandations de vaccination

Depuis le mois de janvier 2017, la France, comme de nombreux pays au niveau international, est confrontée à des tensions d’approvisionnement de vaccins contre l’hépatite B destinés aux adultes. 

La Direction générale de la Santé, et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont pu obtenir la mise en place de solutions alternatives permettant de garantir l’approvisionnement pour les mois à venir et permettre aux personnes qui le nécessitent de se faire vacciner.

Lire la suite

Nouveaux buvards pour test de Guthrie

image003

 

Sur les nouveaux buvards :

  • Il n’y a plus de cercle dédié au dépistage de la Drépanocytose. Il est donc obligatoire de remplir les six ronds systématiquement pour tous les enfants.
  • Il est également impératif de cocher « oui » ou « non » pour le risque de Drépanocytose. Dans le cas où aucune case ne serait pas cochée, nous avons interdiction de réaliser le dépistage de ce paramètre.

AFFICHE >affiche nouveaux guthries A4

POSTER >POSTER guide pro 2017

 

 

Le décret relatif à la déclaration des évènements indésirables graves (EIG) est paru 

En pratique :

  • Quoi : obligation de déclarer tout évènement indésirable grave sans délai

    • « =évènement associé à des soins réalisés lors d’investigations, de traitements, d’actes médicaux à visée esthétique ou d’actions de prévention »

    • « évènement inattendu au regard de l’état de santé et de la pathologie de la personne »

    • « = évènement dont les conséquences sont le décès, la mise en jeu du pronostic vital, la survenue probable d’un déficit fonctionnel permanent y compris une anomalie ou une malformation congénitale »

Attention : ne sont plus concernés dans cette nouvelle définition les EIG ayant provoqué ou prolongé une hospitalisation

Lire la suite

Recommandations relative à la procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D®

Le 21 décembre dernier, un nouveau-né de 10 jours est décédé par arrêt cardio-respiratoire, à son domicile après avoir reçu une dose d’Uvestérol D. Les conclusions des investigations disponibles à ce jour mettent en évidence un lien probable entre le décès et l’administration de l’Uvestérol D. 

Aussi, en dépit des mesures de réduction des risques mises en place depuis 2006 pour sécuriser l’administration et le renforcement des recommandations, l’ANSM lance, par mesure de précaution, une procédure contradictoire auprès du laboratoire en vue de la suspension de la commercialisation de sa spécialité Uvestérol D dans les prochains jours.

L’intérêt de la supplémentation en vitamine D n’est pas remis en cause. Seule la spécialité Uvestérol D administrée avec une pipette est concernée. D’autres spécialités contenant de la vitamine D sont disponibles pour les nourrissons :

ADRIGYL 333 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

ZYMAD 300 UI de Vit D3 par goutte (colécalciférol)

STEROGYL 400 UI de Vit D2 par goutte (ergocalciférol), dont la RCP impose toutefois une dilution (lait, eau ou jus de fruit), et qui est donc plus adapté aux nourrissons les plus âgés.

– Les formes séquentielles ne sont pas – sauf exception – à recommander avant 18 mois.

Concernant l’Uvesterol ADEC, ce produit est utile dans différentes situations cliniques précises : prématuré, cholestase ou insuffisance pancréatique (au premier rang desquelles la mucoviscidose. Ce produit restera donc sous forme de réserve hospitalière. 

Source : DGS / Mission de l’information et de la communication / Département des urgences sanitaires